«Des nouvelles analyses moléculaires d’ossements trouvés dans la région de Gibraltar montrent que deux espèces de baleines aujourd’hui disparues de la Méditerranée (la baleine franche de l’Atlantique nord et la baleine grise) y étaient présentes il y a 2000 ans, probablement pour se reproduire», explique Ana Rodrigues, chercheuse au CNRS au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive de Montpellier.

Les Basques, qui harponnaient les cétacés il y a 1000 ans au large des côtes de Biarritz, d’Hendaye, d’Anglet et de Saint-Jean-Pied-de-Port, étaient jusqu’à aujourd’hui considérés comme les premiers chasseurs de baleines.

Mais la découverte de ces ossements près du détroit de Gibraltar «dans des sites archéologiques d’usines romaines de salage de poisson ouvre la possibilité d’une industrie baleinière», explique la chercheuse. Cette industrie «peut avoir contribué à leur disparition», ajoute-t-elle.

Également appelées baleines noires, les baleines franches de l’Atlantique Nord (Eubalaena glacialis), sont considérées comme une espèce «en danger» par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN). Il en resterait moins de 500, cantonnées au large de la côte est de l’Amérique du Nord.

La baleine grise (Eschrichtius robustus) n’est aujourd’hui présente que dans le Pacifique Nord.

Les Romains étaient «extrêmement efficaces pour exploiter les ressources marines, y compris de grands poissons comme

...

La suite...

....

Lien source - http://www.lapresse.ca/rss/988.xml -

.

PUBLiCITÉ

.

DistributibutionWebMedia-A-022-2-1024x775 LoGo-MagZMedia-C-01
Translate »