Des sachets, des boîtes, des tubes, des pipettes : tous les 2 ou 3 mois, des millions d’échantillons prélevés depuis maintenant 18 mois par l’expédition Tara sur des récifs coralliens du Pacifique sont envoyés à Évry dans ce centre dont le rez-de-chaussée prend des allures de gare de triage.

« 309 colonie 28 », « 308 colonie 27 », etc. Chaque échantillon de corail, de plancton, d’algues ou de poissons arrive avec son code barres et fait son entrée dans ce qui deviendra la plus grande base de données génétiques sur les récifs coralliens.

Objectif : découvrir les organismes qui les composent, ceux qui les entourent, les interactions entre les coraux, ainsi que la façon dont ils réagissent au changement climatique : « Lire l’ADN des coraux va nous permettre de comprendre comment ils fonctionnent et comprendre pourquoi certains vont survivre à de fortes températures et d’autres non », ajoute Quentin Carradec, bio informaticien.

Les scientifiques s’alarment d’un blanchissement massif des coraux sur l’ensemble du Pacifique. Quelque 20 % des récifs sont déjà détruits, 15 % risquent de l’être d’ici à une dizaine d’années et pas moins de 20 % sont menacés d’ici à 40 ans.

Savoir comment les coraux et leur hôtes réagissent « génétiquement » aux variations environnementales pourra permettre de « les aider à mieux

...

La suite...

....

Lien source - http://www.lapresse.ca/rss/989.xml -

.

PUBLiCITÉ

.

DistributibutionWebMedia-A-022-2-1024x775 LoGo-MagZMedia-C-01
Translate »