En entrevue samedi, M. Saint-Jacques a confié qu’il travaillait en ce moment dans des simulateurs. Il pratique également les expériences scientifiques qu’il effectuera dans l’espace.

«Je suis dans la partie très pratique de l’entraînement où on apprend à réagir à toutes les situations d’urgence qui sont possibles et imaginables, a-t-il dit lors d’une brève entrevue. C’est comme si la rampe de lancement était au sommet de l’Everest et là, je suis rendu aux deux tiers de gravir (la montagne).»

L’astronaute âgé de 47 ans deviendra le premier Canadien à séjourner dans la station spatiale internationale depuis Chris Hadfield en 2013. Celui-ci y était resté cinq mois.

Mais auparavant, il doit compléter son entraînement intensif. Il doit notamment passer du temps dans un stimulateur de microgravité.

L’ingénieur et médecin s’est accordé une pause de son entraînement pour visiter samedi les jeunes participants d’un concours de robotique qui se déroulait à Montréal. Il en a profité pour discuter avec ces adolescents.

Nouha Doghri, âgée de 16 ans, s’est dite impressionnée par l’intérêt manifesté par M. Saint-Jacques devant leurs réalisations.

«C’est vraiment une personne très inspirante. Il a fait plein de choses. Il a été un pilote, un astronaute, un astrophysicien. C’est vraiment impressionnant et motivant parce que

...

La suite...

....

Lien source - http://www.lapresse.ca/rss/987.xml -

.

PUBLiCITÉ

.

DistributibutionWebMedia-A-022-2-1024x775 LoGo-MagZMedia-C-01
Translate »