Si tout se déroule comme prévu, ce vaisseau inhabité de 585 kilos sera lancé en décembre par une fusée de SpaceX, la société de l’entrepreneur américain Elon Musk, et se posera sur la lune le 13 février 2019, ont indiqué les organisateurs lors d’une conférence de presse à Yehud.

La première tâche de l’engin robotisé sera de planter un drapeau israélien sur la lune, ont-ils ajouté. Il doit notamment effectuer des recherches sur le champ magnétique de la lune.

Le projet a été lancé initialement dans le cadre d’un prix que devait décerner Google en 2010, qui proposait 30 millions de dollars (25 millions d’euros) de récompense pour inciter des scientifiques et des entrepreneurs à mettre au point des missions lunaires à un coût relativement faible.

Trois jeunes scientifiques israéliens -Yariv Bash, Kfir Damari et Yonatan Winetraub- ont décidé de se porter candidats.

« Nous nous sommes rencontrés dans un pub et nous avons commencé à discuter », se rappelle Kfir Damari.

Le trio a constitué SpaceIL et s’est associé à Israel Aerospace Indutries (IAI), le plus grand groupe public israélien, pour concevoir un très petit vaisseau capable de se poser sur la lune en 2013.

« À mesure que nous avancions dans le projet et que des gens

...

La suite...

....

Lien source - http://www.lapresse.ca/rss/987.xml -

.

PUBLiCITÉ

.

DistributibutionWebMedia-A-022-2-1024x775 LoGo-MagZMedia-C-01
Translate »