Google pourrait faire face à une enquête de la Federal Trade Commission pour son alerte tardive de sécurité sur Google+.

L’enquête ne porterait toutefois pas sur la vulnérabilité elle-même, qui donnait à certains développeurs de services tiers l’accès à des informations privées sur Google+. C’est la décision de Google de ne pas révéler la faille de sécurité en mars qui serait ciblée.

Mars, mois de la faillite des grandes plateformes

Dans un billet de blog décrivant la vulnérabilité, Google explique avoir choisi de ne pas alerter le public à ce moment après avoir constaté qu’il n’y avait aucune preuve d’abus de données ni aucun moyen d’identifier avec précision les personnes affectées par la faille. Le géant a également annoncé son intention de fermer définitivement le réseau social, en déshérence (90% des connexions durent moins de 5 secondes)

Selon un rapport du Wall Street Journal, un mémo interne laisse entendre que Google n’a pas révélé le problème, car il ne souhaitait pas être soumis à un contrôle des autorités de régulation. Mars fut un mois où la question de la vie privée

...

La suite...

....

Lien source - http://www.zdnet.fr/actualites/feed -

.

PUBLiCITÉ

.

DistributibutionWebMedia-A-022-2-1024x775 LoGo-MagZMedia-C-01
Translate »