Lancé l’année dernière, Cybermalveillance.gouv.fr est la réponse du gouvernement pour faire face aux attaques visant les particuliers et les petites entreprises, ces cibles qui ne tombent pas dans l’escarcelle de l’Anssi.

« Cela représente néanmoins un risque structurel si des milliers de petites entreprises sont affectées par une attaque d’ampleur » rappelle fréquemment Guillaume Poupard lors de ses interventions. Le rôle de Cybermalveillance.gouv.fr est donc de mettre en relation les entreprises et particuliers victimes d’un acte de malveillance numérique avec des prestataires capable de les aider, mais aussi de tenir un observatoire sur les tendances en s’appuyant sur ces données afin d’identifier les nouvelles tendances.

Le ransomware se calme un peu

Les premiers chiffres remontés par la plateforme cybermalveillance offrent donc un panorama de ce que les particuliers et PME françaises ont eu à affronter au cours des derniers mois. Pour l’instant, ces chiffres portent sur les 14 275 « parcours », terme utilisé pour designer les utilisateurs ayant diagnostiqué jusqu’au bout leur problème en répondant aux questions de la plateforme. La grande majorité des déclarants sont des particuliers, qui représentent environ 80% des déclarations. Les entreprises et administrations ne représentent qu’une part mineure de l’audience de

...

La suite...

....

Lien source - http://www.zdnet.fr/actualites/feed -

.

PUBLiCITÉ

.

DistributibutionWebMedia-A-022-2-1024x775 LoGo-MagZMedia-C-01
Translate »